Encore et Angkor…

Retour à une ambiance roots… Fini le confort thaïlandais, bienvenue au Cambodge !

On remet le masque

Fini les routes poussiéreuses ? Et bien non ! Sortis des grands axes, on fera sans le macadam. C’est poussiéreux mais moins dangereux. C’est à croire que les camions, bus et gros 4x4 n’ont pas de freins, juste un klaxon. Un coup de klaxon, on sursaute et on plonge dans le bas côté en évitant le scooter qui vient à contre sens. C’est simple en fait… Pas reposant mais simple. Bon ! L’imagination des khmers dans le bricolage de leurs remorques pour scooters n’a pas de limite. Au moins ça nous aura bien amusé sur la route.

En pyjama

Non ! On ne rêve pas. Les femmes font du scooter en pyjama. De toutes les couleurs, une collection de motifs infinis, satinés et raffinés. Le pyjama est à la mode pour les femmes khmers. Il fallait y penser mais quitte à se simplifier la vie, autant se simplifier la tenue…

Blup blop blouuuup

Ok, on s’était déjà reposé sur les iles thaïlandaises. Et bien, même si la côte cambodgienne est plutôt restreinte, on y a trouvé une des ambiances les plus relax de notre parcours. Ça doit être dans les gênes khmers… décontraction, pas d’horaires, pas de stress… plaisir de vivre. Bon ! Côté déchets… Ouuuu làààà !!! Le sujet est grand ouvert !

Et des sourires, encore et encore…. (merci Francis)

Au pays du sourire

Confort…
Ok ! En Thaïlande on roule à gauche mais le macadam est roi. Pour le vélo c'est le paradis. Deux mois dans le pays, le rythme s'est ralenti….

Backpackers de tout poil

On avait un peu perdu l'habitude de voir tant de visages occidentaux.
Chiang Mai, c'est un peu le passage obligé des backpackers qui voyagent en Thaïlande. Mais comme toujours dans le pays l'ambiance est détendue et l'accueil souriant. Pause massage…

De l'air a Bangkok

Deux jours après notre arrivée dans la capitale, on apprend que le gouvernement prévoit de créer des pluies artificielles pour réduire les particules présentes dans l'air. Gloups… Tousss, tousss… On y fait un passage éclair. 

Pause au milieu des poissons

Plutôt que d’attendre un nouveau pic record de pollution au fond des poumons, on est parti voir les poissons… Direction les îles de Koh Tao puis celle de Koh Chang. On apprécie nos premiers ploufs depuis les dernières trempettes en mer Baltique… Yesss

A part ça ? 

On a aimé la campagne, la montagne, les temples, le cri des geckos et les sourires….
Tout est ici assez facile !
On a pas trop aimé les chiens indépendants, les fourmis en surnombre et les puces de sable indépendantes elles aussi…. Gratt, gratt…

Tout Laos…

Notre entrée au Laos s’est faite dans la poussière : des dizaines de camions et bulldozers… Ambiance… La Chine investit dans le pays et ça se voit dès le passage de frontière.

Jungle et petits villages

Après cette entrée en matière surprenante, on continue notre descente vers le Sud. De la petite route qui nous emmène à Pakbeng à la piste défoncée qui longe le Mékong (entre Luang Prabang et Ventiane), les sourires et “Sabaidee” (bonjour) des enfants nous ont accompagné et encouragé chaque jour.

Bô pen yang

Le Laos a été le pays le plus bombardé au monde. Aujourd’hui encore les bombes larguées entre 1964 et 1973 par U.S. Air force continuent de faire des dégâts parmi la population. Malgré cela, Les laotiens ont toujours le sourire aux lèvres. Bô pen yang (Pas de soucis), c’est le maitre mot des habitants qui ont l’art de vivre l’instant présent.

Calme et authentique

Encore épargné par le tourisme et le modernisme dans certaines provinces, le Laos reste assez authentique. Du coq au buffalo, en passant par le chien, le cochon, la vache, la chèvre et bien d’autres… Ils ont fait la route avec nous. Ici, les animaux gambadent en toute liberté avant de finir dans l’assiette bien-sur !

Temples superbes, cascades et paysages montagneux magnifiques, on a aimé… sans oublier la “Beerlao” pour la réhydratation…